•           Après avoir présenté mon cèdre pleureur de l'Atlas, voici quelques autres arbres et arbustes auxquels je consacrerai trois articles, en tournant sur ma terrasse à droite à partir du cèdre.

    .         D'abord, devant le cèdre, un petit tuya pointu, qu'une de mes filles avait taillé en hélice, et qui a un peu conservé de cette taille au cours des ans. Il est un peu caché par des pois de senteur, dont les tiges munies de radicelles préhensiles, montent à l'assaut de l'arbuste.

              Puis à droite du cèdre, des forsythias aux fleurs jaunes à la fin mars et un petit if.

              Sur la photo suivante, on retrouve le forsythias qui n'est plus fleuri, l'if, deux lilas aux fleurs mauves, un fusain, un laurier-sauce et derrière, un grand cotonaster.

    Les arbres de ma terrasse (1)

             Ce laurier-sauce a de toutes petites fleurs blanches et ne doit pas être confondu avec le laurier-rose, qui contient un poison dangereux et a le plus souvent de grandes fleurs roses. 
              Le laurier sauce a de petites feuilles que l'on peut mettre dans les sauces pour le parfumer
             Ci-dessous une autre vue de ce laurier, qui fait maintenant 4m de haut (je l'ai planté il y a 20 ans) et est très feuillu.

              Dans le prochain article, je poursuivrai ce tour de la terrasse en commençant par l'eucalyptus que l'on aperçoit au fond sur la photo..

     

     

     


    1 commentaire
  • Le cèdre pleureur de l'Atlas

        Peut être avez vous entendu parler du cèdre pleureur bleu de l'Atlas, qui a été  élu « arbre de l’année 2015 »
        Il déploie ses immenses branches dans l’arboretum du Chatenay Malabry, à 1 km de chez moi, dans la « Vallée aux Loups ».
        C’est un arbre immense puisqu’il couvre plus de 700 m2; Il mesure 13 m de haut et surtout la circonférence qu’il couvre a 28 m de diamètre environ. Vous voyez la grandeur de son tronc sur une photo avec une femme adulte à coté. (en rouge).
        Autrefois l’arborétum faisait partie des pépinières « Croux » et cette famille a vendu une partie du terrain qu’elle possédait  en 1986, au département des Hauts de Seine.
        Les pépinières existent toujours mais  ont été rachetées par Truffaut et c’est là que je vais acheter plantes et fleurs.
        L’arborétum reçoit plus de 200 000 visiteurs par an.
        Ce cèdre a un entremêlement de branches extraordinaire, qui retombent en cascade jusqu’au sol, et lui confèrent une apparence arachnéenne, et doivent être soutenues par des étais que l’on voit sur une des photos. Il aurait 130 ans environ.
        L’arbre initialement planté n’était pas pleureur, mais il aurait subi une mutation, et il est actuellement le seul cèdre pleureur bleu de l'Atlas le plus ancien, tous les autres arbres pleureurs ne provenant que de sa descendance, 
        Les graines de ses pommes de pin ne donnent pas des cèdres pleureurs, mais on peut les obtenir par greffe sur la bouture poussée à partir de la graine.à partir de cet arbre unique.

    Le cèdre pleureur de l'Atlas

    Le cèdre pleureur de l'Atlas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

          Les pépinières Croux vendaient de telles petites boutures et en 1979, une petite bouture de ce cèdre bleu de l'Atlas a été plantée sur ma terrasse, au 5ème étage, sur le toit de l’immeuble adjacent, dans une épaisseur de terre de 40 cm au plus. Ce petit arbre a étendu ses racines, en surface, puisqu’il ne pouvait le faire en profondeur, et il a grandi et supporté vaillamment la tempête de 1999 (le vent a soufflé sur la terrasse à 140 km/h, déplaçant une lourde table en bois sur une quinzaine de mètres).
        Mon cèdre pleureur, arrière petit fils de celui de l’arboretum, a maintenant une cinquantaine d’années et vous en voyez quatre photos à la fin de l’article. Il fait environ 4 m de haut, mais ne s’est pas développé de façon circulaire, mais en fonction du vent et du soleil. Il ressemble ainsi plutôt à un dinosaure !

    Le cèdre pleureur de l'Atlas

     

    Le cèdre pleureur de l'Atlas

    Le cèdre pleureur de l'Atlas

    Le cèdre pleureur de l'Atlas

      

     

     

     


    votre commentaire
  • Une première idée de la terrasse : 

    Voilà ce que je vois de la porte fenêtre de ma salle de séjour ; la moitié de la longueur de la terrasse qui fait environ 16m, et devant moi, 12,5 mètres de largeur;
    On voit les petits murs d'environ 50 cm, qui contiennent la terre et les arbres, arbustes et fleurs, qui y sont plantés, en particulier le grand cèdre pleureur de l'Atlas, dont je reparlerai.

    Les premières vues de ma terrasse

    Voici maintenant la vue inverse : je suis derrière le cèdre et je photographie la porte fenêtre du séjour. Sur le devant carrelé, des pots remplis de terre contient de petits arbuste, en particulier des mimosas et des orangers et citronniers que je rentre l'hiver dans une petite serre pour qu'ils ne gèlent pas :

    Les premières vues de ma terrasse

     

    Vue de la terrasse à 90 degrés, perpendiculairement aux vues précédentes :

    Les premières vues de ma terrasse

    Et toujours dans la même direction, à gauche l'allée derrière les plantations :

    Les premières vues de ma terrasse

    Et à droite une pergola devant la porte du petit atelier. Cet appentis abrite aussi le moteur de l'ascenseur de l'immeuble, sous ma terrasse.

    Les premières vues de ma terrasse

    Derrière l'atelier, la petite serre que j'ai construite.

    Les premières vues de ma terrasse

     

    Vous avez maintenant, avec ces photos, une idée générale de ce qu'est mon jardin sur le toit.

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •          Pour voir l'ensemble de mon jardin sur un toit, rien ne vaut les images satellites. En voici une première, issue du satellite de Google Earth :
             La terrasse est à gauche, sur le toit du 4èm étage de l'immeuble voisin, et donc au niveau de mon appartement, au 5ème étage et sous le jardin qui est au dessus de lui.
            La flèche est au dessus des stores, qui se trouvent devant mes fenêtres au dessus d'un balcon. On voit sur la terrasse un store devant une porte fenêtre de ma salle de séjour.
            Le toit gris est celui de mon atelier, qui partage ce local avec les moteurs de l'ascenseur de l'immeuble au dessous de la terrasse. Le toit blanc situé derrière est celui d'une petite serre que j'ai construite et où je mets, l'hiver, des plantes à l'abri du gel.

             Sur cette deuxième photo, une vue de près de mon jardin sur le toit, toujours à partir du satellite. On voit mieux, à droite, le store, le toit de l'atelier et ma petite serre.
    A gauche on voit les petits murs contenant de la terre et la végétation plantée. Une allée en fait le tour et, en gris un plancher de bois.
             Le petit rond blanc est une table de 1m20 de diamètre et une chaise à côté d'elle.
             Si au lieu du satellite de Google, nous avions à faire à un satellite militaire américain, on pourrait voir s'il y avait des couverts sur la table, et si j'étais assis sur la chaise en train de lire, le satellite pourrait lire les gros titres de mon journal (quand même pas tout l'article !)

     

      


    votre commentaire

  •           J'habite au 5ème étage d'un appartement en région parisienne et j'ai la chance d'avoir, sur le toit de l'immeuble voisin de la même résidence, un jardin avec des arbres, des arbuste et beaucoup de fleurs, où viennent des oiseaux, auxquels je donne quelques graines.
    Ce sont des photos de ce jardin et de ses hôtes que vous trouverez dans ce blog.

              Mon jardin sur le toit est à gauche de l'immeuble (vert plantes, jaune les sols).
              Il fait environ 200 m2. Ce n'est pas grand mais c'est un vrai jardin avec 40 cm de terre dans laquelle sont planté arbres, arbustes et fleurs, sur une partie de sa surface, et une circulation sur le reste de cette surface, avec des pots contenant d'autres arbustes et un petit atelier en briques.

     

    .


    1 commentaire